L'asagadouïre

   

   Etrange instrument que cette pelle coudée... Obtenue à partir d'une tôle de fer façonnée par pliage pour donner à l'outil de la profondeur et relever ses bords. Une douille, permettant la fixation d'un manche, est assemblée au dos par des rivets. Par le même procédé, le bord d'attaque est renforcé par une étroite bande du même métal.

collection Nicole et Robert GUIRAUD

photos L.Osouf, août 2016

Dimensions : a = 212 mm, b = 350 mm, c = 225 mm, d = 145 mm, e = 35 mm, f = 130 mm.

L'asagadouïre, un outil pour arroser...

   Cette pelle était destinée à prélever l'eau dans un cours d'eau, un canal d'irrigation (béal) pour la disperser, d'un geste large, sur des plantes à arroser. Dans des règlements anciens d'utiisation d'eau de ces béals , il est souvent fait allusion à l'asagadouïre.

   A titre d'exemple, dans l'acte de 1874 de création d'un canal amenant l'eau au moulin du four à chaux du Pont-d'Orb, on lit : "... Joseph et Jean Pradel concèdent au dit Rivière la faculté de pratiquer le canal dont il s’agit sur leurs propriétés... En compensation de cette concession les dits Joseph et Jean Pradel auront le droit de prendre l’eau du canal au moyen d’une pelle ... pour l’irrigation de la partie de leurs propriétés qui pourra être arrosée."

  Robert GUIRAUD nous raconte ses souvenirs d'arrosage à l'asagadouïre.... Cliquez

Le petit patrimoine de Lunas