Prefaci : lo parlament de Lunas

 

   Cerquetz pas sus una mapa ont es aquela principautat. Cerquetz pas dins l’istoric de las constitucions euròpencas lo biais de representacion a n’aquel parlament. Ba trobaretz pas ; e pasmens tot aquò existís desempuei l’an pebre ! Es sovent eital per lo afars occitans, aquò existís mas l’istòria oficiala o vòl pas saupre.

   Adoncas aquel parlament es una institucion dins Lunaç, un pauc coma lo « clus » dins lo Gard Rodanenc. Lunaç es dins Eraut, a la tombada del Larzac, es un vilatge un pauc mai bèl que Monègue en superficia, e un pauc mai pichòt que lo Principat d’Andòrra mas gaireben tan montanhòl : los estatjants çai venon s’assetar a riba de la restanca qu’adomergís lo Graveson, facia lo puèch gardat per Nòstra Dòna : lo Redondèl, e dins l’amira del cabaret que pòrta lo meteis nom. Aquí lai se parla de tot : caça, campairòls, trabalh, amor, mesuras de la montada de l’aiga o dels gabarits feminins, decisions del governament que voldriá empachar de far de fuòc dins la chiminèia, santat del vesin e de sa sauma, qualitat del lach de feda per far los formajons…

   Aquel parlament es l’endrech incontornable de Lunaç onte l’Enric s’arrèsta per escotar l’aèr del temps e ne’n tirar la saba d’unas cronicas d’aquel segond recuèlh. I a dedins quicòm de l’Escotaire de Montpelhièr, un vam, un plaser de contar e se trufar que rapèla las Cronicas de Caravètas que pasmens nòstre autor a pas legidas, benlèu per çò que lo bonur de la lenga i es vengut tot simplament per la tradicion orala del plaser de dire.

   Alara trantalhetz pas, e picatz del nas dins l’aiga fresca de Lunas qu’asaga las Cronicas de l’Enric del Redondèl.
 

 

Le parlement de Lunas.


        Ne cherchez pas sur une carte où se trouve cette principauté. Ne cherchez pas dans l’historique des constitutions européennes le mode de représentation de ce parlement. Vous ne les trouverez pas. Et pourtant tout cela existe depuis des lustres ! Il en va souvent ainsi des affaires occitanes, cela existe mais l’Histoire officielle ne veut pas le savoir.

Ce parlement, donc, est une institution à l’image du «clus» dans le Gard Rodhanien. Lunas, dans l’Hérault, à la tombée du Larzac, est un village un peu plus grand que Monaco en superficie, mais un peu plus petit que la Principauté d’Andorre et presque aussi montagneux. Les habitants viennent y siéger au bord de la retenue d’eau qui dompte le Gravezon, face à la colline surmontée par une statue de la Vierge: le Redondel, et quasiment dans la perspective du bar qui porte le même nom. On y parle de tout : chasse, champignons, travail, amour, mesures de la montée de l’eau ou silhouettes féminines, décisions du gouvernement qui voudrait empêcher de faire du feu dans les cheminées, santé du voisin et de sa mule, qualité du lait de brebis pour les «fromajons» …


             Ce parlement est l’endroit incontournable de Lunas où Henri s’arrête pour écouter l’air du temps et en tirer la sève de certaines chroniques de ce second recueil. Il y a là quelque chose de l’Escotaïre de Montpellier, un plaisir de conter et de plaisanter qui rappelle les Cronicas de Caravetas, que peut-être notre auteur n’a pas lues, sans doute parce que le bonheur de la langue lui est venu tout simplement par la tradition orale du plaisir de dire.


          Alors n’hésitez pas, et piquez du nez dans l’eau fraîche de Lunas qui irrigue les chroniques d’Henri du Redondel.
 

 

Gilles DAZAS

 

Cronicas de L'Enric del Redondel