La meteis saca...

   Cal pas metre tot lo monda dins la meteis saca. Agachatz: los PATRONS.  Se parlem de los patrons de las multinacionals que son bons per faire «des plans de restructuracion, per escampar de monda al caumatge. Aqueles patrons sèm cagan, tocaràn de longa un salari  de ric e benlèu las primas de parachute. O parlem de los patrons que se lèvan d’ora per faire lo pan de cada jorn. O tanben de los patrons que fan perir l’esquine per montar des calòs e de ciment. Aqueles  patrons se tafuran lo cap cada matin per salvar  los salaris de l’entrepresa sieuna e de los òmes que travalhan amb eles.

   Tanben lo «harcèlement» l’agarriment. Los òmes que viòlan, que fòrçan, que tustan, que tabasan: aquò es pas de «harcèlement» aquò es un crim, una afròsitat.  Aqueles personatges son des mostres que cal  agantar e embarrar sin consideracion.

    Mai agachas de causes que son pas de recelament: la delicadesa, la seduccion, l’enjulhament,l’amor cortés, lo trobar, la fin amor, la convenança. Tot aquò se fa amb consentiment e intelligéncia, acòrdi. Se dits lo «Tact» lo sentit, lo palp, la tòca. Aquò es pas novèl. Los Trobadors lo cantèron als sicles 12 e 13. E aquò es grand bonaür de la vida, una felicitat per los òmes e las femnas. Aquò lo cal reservar, es pas de arcelament

   La maltractança de los  dròlles es una abominacion que cal pas laissar passar, es una salopariás que cal reprimir.

    Mas i a de còps, una mòquò, un carpanhet o tanben un còp de pes al cuol, aquò se dits Educacion. Ara cal faire una lei per que los menats escampan los «portables»

   Cal seguir los deputats e los mediás per beure, manjar, condusir, faire l’amor, escotar lo portable

   L’autre jorn avèm mes dins la meteis saca Johnny Hallyday, Victor Hugo, Jean d’Ormesson. Aquí, quicòm que me tafura lo cap ?

   Enric arrèstas de romegar e anem beure un cop de rosat.

   La vida es plan polida !!!

L’Enric del Redondèl

Le même sac…

   Il ne faut pas mettre tout le monde dans le même sac. Regardez : les PATRONS. Si nous parlons des patrons de multi-nationales, qui  font des plans de restructuration, pour envoyer au chômage de nombreuses personnes. Ces patrons, s’en moquent. Ils toucheront leur salaire de riche et même une prime de parachute. Ou bien nous parlons des patrons qui se lèvent de très bonne heure pour faire le pain de tous les jours. Ou aussi des patrons qui se détruisent le dos pour monter des briques et du ciment. Ces patrons se creusent la tête tous les matins pour sauver les salaires de  l’entreprise,  des hommes et des femmes qui travaillent avec lui.

   De même : le harcèlement. Les hommes qui violent, qui forcent, qui battent, qui tabassent : cela n’est plus du harcèlement, c’est un crime affreux. Ces personnages sont des monstres qu’il faut enfermer sans ménagement.

   Par contre, ne sont pas du harcèlement : la délicatesse, la séduction, la courtoisie, la «convenance». Tout cela fait avec accord, intelligence, consentement et tact. Cela n’est pas nouveau, les troubadours l’ont chanté aux 12e et 13e siècles. C’est un grand bonheur de la vie, une félicité pour les hommes et les femmes. Cela, il faut le préserver ! 

   La maltraitance des enfants est une abomination qu’il ne faut pas laisser passer, c’est une saloperie abjecte qu’il faut réprimer durement.  

    Mais parfois une gifle ou un coup pied aux fesses, cela se dit Éducation. Maintenant il faut faire une loi pour interdire les portables. Il faut écouter les députés, les médias pour boire, manger, conduire, faire l’amour, écouter le portable.

   L’autre jour nous avons mis dans le même sac Johnny Hallyday, Victor Hugo, Jean d’Ormesson. Je m’interroge?

   Henri arrête de grogner, allons boire un verre de rosé.

   Elle est  très belle la vie !!!

Chroniques "LA FOGASSA SALADA" proposées par Henri et diffusées sur "RADIO LENGA D'OC"

Retrouvez cette radio en langue occitane sur   http://www.radiolengadoc.com/

Cronicas de L'Enric del Redondel