Cronicas de L'Enric del Redondel

Chroniques "LA FOGASSA SALADA" proposées par Henri et diffusées sur "RADIO LENGA D'OC"

Retrouvez cette radio en langue occitane sur   http://www.radiolengadoc.com/

Los campairòls  de Claudit  de Lunas

   A çò de Lunàs,  lo matin cal començar la jornada per  dejunar  amb la forqueta,  dos uòus al plat amb un tròç de cambajon e un talhon de Roquefort  e un cop de rosat , aquò es de bon per  debutar la jornada.

    Es aital que me diguèri  «  vau faire de VTT ». Es un bel matin dé octobre,  aquò es bon per restar jove e per faire lo bèl  dins Lunàs. Al primièr me passegi  davant lo "Parlament".

   Cal dire lo  Parlament es lo luòc lo mai important de Lunàs, a l’ombra dels maronièrs sus un parelh de bancs,  los òmes jacasan  de tot e de res e agachan  lo monda que passeja.

   D’aquel endrech , se pòt tot veire.Tot comença aqui, las décisions municipalas, las rumors publiquas, çò fals , çò vertadièr, tot te disi, tot. Una causa se pòt pas dire, quicòm que degun te n va parlar. Aquela causa es l’endrech ont se pot trapar los campairòls.

   Oh ! Claudi de que fas aqui de bon matin tot solet al Parlament ? M’emmerdi,  Enric,  m’emmerdi, agacha, soi tombat dins l’Escarairàs e me soi petat lo pè  e  copat tres costèlas. Soi coma un con assetat coma un inocentàs de Poilhes.

  E tu, Enric ont vas amb ton enquestre de ric ? ieu per montar a Peyrolis ai pas besont de tot aquò, monti a pè

  Cal dire que Claudi es lo mai grand coneisseire de l’Escandorgues,  trochas, todres, conilhs,  perdigalhs,  tot aquo lo coneis e par dessus tot coneis los endrechs dels campariòls e ne’n parla jamai a degun. Los endrechs de campairòls es una causa que se ditz pas,  mai sus son lièch de mort

  E be Claudi vau montar la còste del Camèl puèi l’ort de Folquier e lo còl del Teil.  

  Enric esperas un pau ! dins lo grand virador de la costa , laissas  la  bicicleta, davalas d’un lo réc cercas las muralhas del vièlh mas, agachas darrier jos lo rocàs,  traparas un polit campairol.

  Soi restat complètament  espantat  lo « rei Claudi de Lunas »m’avià donat un petolhet de campairòls,  aquo es una marca d’amistança que me laissa de cuol e me fai tustar lo còr.  

   Soi completament estabanit ,mer…mer.. mercé Claudi,  me’n vau vite sul pic

   Escali la còsta del Camèl mai vite que Virenque dins lo Ventorn, ai  lèu fach de davalar lo rec, trapi lo ronsàs e aqui l’ai vist , venià de sortir de nuèit un tap, de que disi un tapassas de champanhe, una  meravilha, fèrm  pas ges d’asticots ni de  babòtas,  mai polit, se pòt pas trapar.

  Soi encara tot estabousit, me cal dintrar a l’ostal aquò es pas possible, m’o cal pas  dire. Degun me creirà, es  un sècret que degun deu coneisser.

   A Lunas, le matin, il faut commencer la journée par un déjeuner « à la fourchette », deux œufs au plat avec un morceau de jambon, une tranche de roquefort et un verre de rosé : c’est une bonne chose pour débuter la journée.

   De cette façon, je me suis dit «  je vais faire du VTT ». C’est un beau matin d’octobre, c’est bon pour rester jeune et pour  faire le beau dans Lunas. Pour débuter,  je me promène  devant le «  Parlement ».

   Il faut dire, le Parlement est le lieu le plus important de Lunas. A l’ombre des marronniers sur plusieurs bancs, les hommes parlent de tout et de rien et regardent le monde qui se promène.

   De cet endroit on peut tout voir. C’est là que tout commence, les décisions municipales, les rumeurs publiques, le faux, le vrai, tout je te le dis. Une seule chose ne se dit pas, une chose dont personne ne te parlera. Cette chose c’est l’endroit où l’on peut trouver des champignons.

   - " Oh ! Claude que fais-tu là de bon matin tout seul au parlement ?

   - Je m’ennuie Henri, je m’ennuie, regarde, je suis tombé dans l’Escarairas. Je me suis cassé le pied et coupé trois côtes. Je suis comme un idiot assis comme un innocent de Poilhes.

   Et toi, Henri ! Où vas-tu avec ton vélo de riche?  Moi pour monter à Peyrolis, je n’ai pas besoin de cela, je monte à pied ".

   Il faut dire que Claude est le plus grand connaisseur de l’Escandorgue ( truites, grives, lapins, perdrix). Il connaît tout cela et par-dessus tout,  les endroits à champignons et n’en parle jamais à personne. Les endroits à champignons, c’est une chose qui ne se dit pas, même sur son lit de mort.

   - " Claude je vais monter la côte du Camel puis le jardin de Foulquier et le col du Teil.

    - Henri attends un peu ! Dans le grand virage de la côte laisse la bicyclette, descends dans le ruisseau cherche les murailles du vieux mas, regarde derrière le roncier, tu trouveras un beau champignon ".

   Je suis resté tout étonné le « roi Claude de Lunas » m’avait donné un endroit à champignons. Cela est une marque d’amitié qui me laisse pantois et me fait

battre le cœur.

   Je suis complètement étourdi, mer…mer…merci Claude. Je pars aussitôt, sur le champ.

   J’escalade la côte du Camel plus vite que Virenque dans le Ventoux, j’ai très vite dévalé dans le ruisseau, j’ai trouvé le roncier et là je l’ai vu. Il venait de sortir pendant la nuit. Un bouchon, que dis-je, un très gros bouchon de champagne. Une merveille, ferme, pas d’asticots ni de bestioles, plus joli, cela n’est pas possible !

  J’en suis encore tout étonné, je dois rentrer à la maison, cela n’est pas possible, je ne dois pas le dire. Personne ne me croira. C’est un secret que personne ne doit connaître.

 

Cronicas de L'Enric del Redondel