Internet ordenators computadors

   L’autra setmana los pichons drollets son venguts passar una setmana dins mon ostal, per las vacanças. Cal dire que a çò de Lunas avèm decidat d’escampar la television, los ordenadors, internet e totas aquelas conariás que prenon lo cap tota la jornada.

   Leu aviái organizat dins mon cap fòrça passejadas en bicicleta o tanben a pè. Aviái pensat de crompar un parelh de libres que parlon de las plantas de Lunas, dels aucèls de nòstre vilatge amb d’imatges polits. Tot aquò èra plan bèl e fòrça intelligent.
 

   A la debuta del tresen jorn, los pichons fasián lo morre. Me disiái, i a quicòm que vai pas. Òu !! Dròlles de qu’avètz ? Per de que fasètz lo morre? Mais Papé on ne peut pas se servir de notre « tablette », on n’a pas le code wifi. Los dròlles èran talament tristes, m’a calgut donar lo code. Aquí totes los cinq pichòts, cridèron de bonaür. Oh ! Papet nos fas grand plaser ! Sautavon coma los cabrits e cantavon : Merci papé merci merci ! Aprèp me parlèron de « Facebook », ieu disiái fesses de bouc e los pichons se trufèron de ieu. Me disián qu’aviàn tres mila amics. Soi restat espantat tres mila amics, aquò fa un molon.

   Me disiái, de mon temps èra un trin electric o tanben una bicicleta o de sabatons de fotbòl que fasián plaser, ara es un code « wifi » que fa cantar los pichons. I compreni pas res !
   Bon, tot aquò me dona la secada, vau quèrre un tròç de fogaça salada amb un còp de rosat frescadet, lo rosat que fa bronzar.

   Al reveire amics.
 

L’Enric del Redondèl

   L’autre semaine, mes petits enfants sont venus passer les vacances à ma maison. Il faut dire qu’à Lunas, nous avons supprimé la télévision, internet et toutes ces bêtises qui nous prennent la tête toute la journée.

   Dans ma tête j’avais organisé de nombreuses promenades à bicyclette ou aussi à pied. J’avais pensé à acheter plusieurs livres qui parlent des plantes de Lunas, des oiseaux de notre village avec de très jolies images. Tout cela était très beau et très intelligent.

   Au début du troisième jour les enfants faisaient la tête. Je me suis dit : il y a quelque chose qui ne va pas. Hé !! Petits, qu’avez-vous ? Pourquoi faites-vous la tête ? Mais grand père, on ne peut pas se servir de notre «tablette », on n’a pas le code wifi. Les enfants étaient tellement tristes, j’ai donné le code. Les cinq petits ont crié de bonheur. Oh ! Grand-père, tu nous fais très plaisir. Ils sautaient comme des cabris et chantaient : "Merci papé merci, merci". Par la suite, ils m’ont parlé de  "Facebook". Moi je disais fesses de bouc et les petits se sont moqués de moi. Ils me disaient qu’ils avaient trois mille amis. J’ai été très étonné, trois mille amis cela fait beaucoup.

   Je me disais, de mon temps, c’était un train électrique ou peut être une bicyclette ou des chaussures de rugby qui faisaient plaisir, maintenant c’est un code « wifi » qui fait chanter les petits. Je n’y comprends plus rien !

   Bon tout cela me sèche la gorge. Je vais chercher un morceau de fougasse salée avec un verre de rosé bien frais : le rosé qui fait bronzer.

   Au revoir les amis 


   

Chroniques "LA FOGASSA SALADA" proposées par Henri et diffusées sur "RADIO LENGA D'OC"

Retrouvez cette radio en langue occitane sur   http://www.radiolengadoc.com/

Cronicas de L'Enric del Redondel