Èra un bon tipe...

   Benlèu que dins pauc de temps serà mon torn ? E òc me soi posat la question lo jorn de l'enterrament de Chacha.

  Me soi dich, ara nautre generacion se trapa ennaut de la lista. Los de ochantas anadas e nonantas anadas fan candeletas poc a poc e nos autres los setantas es lo moment de se cramponar coma un cigalon arrapat a la platana se volem faire encara los aperos amb los amics.

   Aquela idèa me prenguet lo cap tota la setmana. Me disiá: “ Enric faras coma tot lo monda”. Un jorn, benlèu, deman, te cal laissas la plaça, cal descargar lo plancat, cal plegar la taula.

   Me disiá : «dequ’as fach dins la vida» ? Me soi pausat la question.

   Al primièr, lo mai important, dos polits efants, que son coma los esperèri . Bon o sabi. Èri pas tot solet per los far. En segon, plantèri las vinhas. Ai fach de rosat que fa bronzar per donar de bonaür a la cantonada. Tanben, ai plantat un molon d’arbres un pauc coma l’ome que platava d’aubres de Giono ;Elzéard Bouffier, es una causa mai importanta. Ai escrich de cronicas en occitan. Ai conescut, las vòtas, las abrivadas, los batèus, aqui te parli de los batèus que marchan amb lo vent e las velas. Te parli pas de los passejan colhons amb de motors. Cal pas oblidar lo Rugbí, un grand bonaür, una escola de la vida. Tanben las pichòtas lausetas que m’ acompanhèron un tròç de vida, que son totes miravilhasas.

   Amb tot aquò, me disi: « Enric, aquò m’agrada». Ai plan gostat ma vida, ai plan profeitat ma vida, se cal la laissar, lo farai sen ressentiments. Bon! pas encara! lo cap bolega plan, las cambas tanben, e la maquinariá fonciona encara. Cal asperar un moment de mai que tot aquò se destimborla.

   Espèri qu'an aquel moment fatidic, los amics destaparàn un botelhon de rosat que fa bronzar, per dire : « Henri c’ètait un type bien» Lo disi en francés per de que aquela còla d'ensucats qu’aimi, barjaquèron jamai l’occitan.

   Amics, a vòstre santat, tenetz vos fierals.
  


                                                   L’Enric del Redondèl

C’était un bon type...

   Peut-être ce sera mon tour dans peu de temps ? Et oui, je me suis posé la question le jour de l’enterrement de Chacha.

  Maintenant notre génération se trouve sur le haut de la liste. Les quatre-vingts ans, les quatre-vingt-dix ans font des cabrioles peu à peu et nous autres, les soixante-dix ans, c’est le moment de se cramponner comme une cigale colée à un platane, si nous voulons faire encore des apéros avec les amis.

  Cette idée m’a perturbé toute la semaine. Je me disais : « Henri tu feras comme tout le monde ». Un jour, peut-être demain, il faudra laisser la place, débarrasser le plancher, plier la table.

  Je me disais : « qu’as-tu fait dans la vie » ? Je me posais la question.

   En premier et c’est le plus important : deux bons enfants, qui sont comme je les espérais. Bon, je sais, je n’étais pas tout seul pour les faire. En second, j’ai planté des vignes. J’ai vinifié du rosé qui fait bronzer pour donner du bonheur à la cantonade. J’ai planté des arbres, un peu comme l’homme qui plantait des arbres de Giono ; Elzéard Bouffier c’est une cause importante. J’ai écrit des chroniques en occitan. J’ai connu les fêtes votives, les abrivados, le bateau. Là, je te parle de bateaux à voiles. Pas de promènent « couillons » à moteur. Ne pas oublier le Rugby, ce grand bonheur, école de vie. Mais aussi les merveilleuses alouettes qui m’ont accompagné.

  Aussi, je me dis : « Henri cela me convient ». J’ai bien profité de ma vie. Si je dois la laisser, je le ferai sans amertume. Pas tout de suite bien sûr. La tête fonctionne, les jambes aussi et même toute la machinerie. Il faut attendre encore un moment que tout cela se détériore.

 J’espère que le moment venu, les amis déboucheront une bouteille de rosé qui fait bronzer en disant : « Henri, c’était un type bien » Je le dis en français, car cette équipe « d’ensuqués » que j’aime, n’a jamais parlé occitan.

 Amis ! A votre santé, restez fiers, je vous aime.

                                                                                   Henri du Redondel

Chroniques "LA FOGASSA SALADA" proposées par Henri et diffusées sur "RADIO LENGA D'OC"

Retrouvez cette radio en langue occitane sur   http://www.radiolengadoc.com/

Cronicas de L'Enric del Redondel