L'embarradura...

   Per mon revelh del matin, al moment ont posavi lo pes defòra d’el lièch, ai ressentit quicòm de curiós de estranja.Amb mon cafè del matin, agachi per la fenèstra oberta. Lo mandarinièr es esclairat per los rais del soleu.Un molon de flors son esparpalhadas, l’embaumament del perfum es miravilhas. Belèu que sèm en Andalosia. Las abelhas, semblavan un pauc calucs e fasián tintamara. Me diguèron nautre fasèm la fèsta de flors en flors. Siás un pau colhon darrièr la fenèstra, E se trufèron de ieu .

Siás embarrat ? Hi ! Hi ! Hi ! Las dins lo cuol. Es plan fach.

   En aquesta moment l’ai vist arribar. Fasiá lo gloriós, se coflava coma un pesolh. Oc lo «rouge queue» que amaga sus la fusta del grinier. Ah! Me ditz cal sovenir lo jorn ont fasiá revaladis amb los insucats e m'empachava de veire ma nisada. E lo pelucra que jogava del clairon. A fach avortar tota ma clocada.

Siás embarrat ? Hi ! Hi ! Hi ! Las dins lo cuol. Es plan fach.

   Dins aquel moment l’ai vist arribar, lo «sansonnet» era quilhat en dessús l'antena de television, ganelejaire, trufandièr. Me fiòla coma per una femna. Fioufouu ! ! ! Cal te remembrar los jorns o me caçavas dins las vinhas per la fin de las vendenhas.

Siás embarrat ? Hi ! Hi ! Hi ! Las dins lo cuol. Es plan fach.

  E totes de me dire : Enric, se me fasètz de marridesas, de salopariás, Natura tornarà prendre son drech. Dins un jorn, un an , un sègle, detz sègles.  Natura ten lo temps, ten l’eternitat.

Siás embarrat ? Hi ! Hi ! Hi ! Las dins lo cuol. Es plan fach.
  
 
                                        Enric del Redondel
  

   

   T’es confiné ? Hi ! Hi ! Hi !

   Dès mon réveil, à l’instant où je posai mes pieds hors du lit, j’ai aussitôt ressenti un phénomène étrange. Tasse de café du matin, je regarde, par la baie vitrée entrouverte, le mandarinier éclairé par les premiers rayons du soleil. De nombreuses fleurs sont ouvertes, le parfum est merveilleux. On se croirait à Séville. J’ai tout de suite remarqué chez les abeilles un comportement très particulier. Une espèce de danse frénétique et joyeuse. Du genre : nous on butine en liberté de fleur en fleur. Tu as l’air un peu con derrière ta vitre. Pense aux insecticides.

T’es confiné ? Hi ! Hi ! Hi ! Bien fait pour ta gueule…

   C’est alors que je l’ai vu se pavaner sur le faîtage du toit, orgueilleux, sautillant frénétiquement. Oui, le rouge-queue qui niche sur la poutre du préau. Ah ! dit-il souviens-toi, quand tu faisais bombance avec tes amis et que je ne pouvais pas rejoindre mon nid. Et cet ensuqué qui jouait du clairon. Il a fait avorter toute la couvée.

T’es confiné ? Hi ! Hi ! Hi ! Bien fait pour ta gueule…

   C’est alors qu’est arrivé le sansonnet, sur l’antenne de télévision, narquois et goguenard, Il m’a sifflé comme pour siffler une belle « lausette », fioufouu ! ! ! Souviens-toi, quand tu me poursuivais avec ton fusil dans les vignes après la vendange.

T’es confiné ? Hi ! Hi ! Hi ! Bien fait pour ta gueule…

   Puis tous en cœur me disent. Henri ! ! Si vous nous faites du mal, dans un jour, un an, un siècle, dix siècles, la nature reprendra ses droits. Dis-toi bien que la nature a le temps. Elle a l’éternité.

T’es confiné ? Hi ! Hi ! Hi ! Bien fait pour ta gueule…

                                                 Henri du Redondel

*lausette= alouette

  1. Chroniques "LA FOGASSA SALADA" proposées par Henri et diffusées sur "RADIO LENGA D'OC"

Retrouvez cette radio en langue occitane sur   http://www.radiolengadoc.com/

Cronicas de L'Enric del Redondel