Lo BAC...

    Ai escotat la television, e lo ministre de l’educacion disiá qu’anava reformar lo BAC. Benlèu que per un còp fòrça monde traparàn la causa bona. Aquò es pas segur per de que dins l'ensenhament se trapa dels temps fòrça romegaires. Se ditz, que se va cambiar, las serias, tanben las moduls, las filièras per ajudar a la capitada per ajudar a la compreneta. Tanben se farà una charradissa, un examèn oral de la MADURETAT.
   Leu vòli prepausar un modul que se dirà «pratica de la bona vida, pratica per agantar lo bonur».

   En primièr: aprene a alucar un fuòc, per se caufar davant la chiminièra, per faire ressolar costèlas d'anèls o saussissa.
   E encara prendre lo biais de dobrir ustras, muscles, clauvissas, sens telefonar al SAMU
   Cossí estrocejar galina, pintada, piòt o tanben lèbre
   Aquò son de causas mai importantas, qu’un jove deuriá conéisser, deuriá saber
   Mai faire una moleta, al fromatge, als lardons, o de segur als ponches d’espargues.
   Atencion! Agachar! la causa mai preciosa, mai importanta, qu’un jove se dega de mestrejar, lo te vau dire, los uèilhs dins los uèilhs: lo destapatge d’un bon botelhon. Cal mèstre lo botelhon entre las cambas, plantar lo tire tap Laguiòla al fons «lo cal entendre cridar sus lo còl». Puèi destapar per escotar lo «pop» que fa pantaissar. Aquí lo botelhon dins la man, cal donar lo bonur a tota la clocada. Es lo moment ont los uèilhs parpalejan. Amb un botelhon dins las mans, las femnas te trapan mai polit, mai enjaulaire.

  Es aquò lo module de la MADURETAT. Mai atencion un occitan, se cal pas dire qu’un jove es «Madur» aquò es pas de bon.
 

   Bon amic los ametlièrs florisson, benlèu la prima arriba, es lo moment de destapar un botelhon de rosat que fa bronzar.
                                                      amistats amics

L’Enric del Redondèl

   J’ai écouté la télévision, le ministre de l’éducation, disait qu’il allait réformer le BAC. Peut-être que pour une fois il y aura une majorité pour trouver que c’est une bonne chose. Cela n’est pas sûr car dans l’enseignement il y a toujours des mécontents. Il se dit que l’on va changer les séries, les modules, les filières pour aider à s’instruire. Il y aura un examen oral dit de la MATURITÉ.

   Pour ma part, je propose un module qui se nomme « mode pratique du bien vivre, comment attraper le bonheur ».

   Tout d’abord, apprendre à allumer un feu, pour se chauffer devant la cheminée, savoir faire griller une côtelette d’agneau, ou une saucisse.
   Il faut savoir ouvrir : huîtres, moules, palourdes, sans être obligé de téléphoner au SAMU.
   Comment découper une volaille ( pintade, dinde), un lièvre.
   Toutes ces choses importantes qu’un jeune doit connaître.
   Mais aussi faire une omelette au fromage, aux lardons, et bien sûr aux pointes d’asperges.
   Attention ! Regardez ! La chose la plus précieuse, très importante, qu’un jeune se doit de maîtriser, je vais te la dire les yeux dans les yeux : c’est le débouchage d’une bonne bouteille. Placer la bouteille entre les jambes, planter le tirebouchon Laguiole en entier « il faut l’entendre crier sur le col ». Puis déboucher et écouter le « pop » qui fait rêver. Avec cette bonne bouteille dans les mains on distribue le bonheur à toute l’assemblée. C’est le moment où les yeux pétillent. Avec une bouteille dans les mains on récupère un capital séduction.

   C’est cela le module de la MATURITÉ. Mais attention en occitan il n’est pas correct de dire qu’un jeune est « madur ».

   Bon, amis, les amandiers sont en fleurs, il se peut que le printemps arrive. C’est le moment de déboucher une bouteille de rosé qui fait bronzer...
 

                                                                           Amitiés,

                        

 

Chroniques "LA FOGASSA SALADA" proposées par Henri et diffusées sur "RADIO LENGA D'OC"

Retrouvez cette radio en langue occitane sur   http://www.radiolengadoc.com/

Cronicas de L'Enric del Redondel